mercredi 28 février 2007

Chroniques d'une France Malade


En ce moment, je suis un peu énérvé, et par plein de choses étranges qui se passent dans notre beau pays.

Déjà, on est en campagne électorale et les coups tordus commencent à voler très bas, et ça n'est qu'un début.
On a tenté de mouiller Ségo avec l'Affaire du Rainbow Warrior, avec les effets que l'on sait: retour de boomerang inattendu vers les auteurs de cette loufoquerie. Puis, au mois de septembre 2006, cambriolage chez le couple Hollande-Royal. Aucune trace d'ADN, ni de quoi que ce soit, ce qui me fait penser que soit les cambrioleurs étaient des spécialistes (on les appelle des "plombiers", dans les services secrets), soit que les flics qui ont fait l'enquete, étaient beaucoup moins compétents que ceux qui ont retrouvé le scooter du fils du petit Nicolas, grace à l'ADN, justement, des voleurs du deux roues...

Mouais... La nuit dernière, on a encore cambriolé l'appartement ou se trouvait l'ordinateur de la collaboratrice la plus proche de Ségo... La belle affaire, me direz vous! Le problème, c est qu'actuellement ce quartier est le plus gardé de Paris, car le petit Nicolas y a installé son QG de campagne à quelques dizaines de mètres du lieu du sinistre, créant des tracasseries administratives et des controles quasi incessants, à des riverains qui n'en demandaient pas tant.

Alors, j'ai du mal à penser que ce deuxième coup, comme le premier d'ailleurs, soit le fait de sauvageons du 93. Et puis sans parler de ça, vous ne trouvez pas étrange, qu'un ministre de l'Intérieur en exercice, utilise les forces de la république pour protéger son staff électoral (et je ne parle pas des innombrables déplacements, en voiture, train, hélicos, avions, financés par la collectivité nationale).

La campagne a déjà démarré dans une ambiance délétère. Ségo accumule les bourdes, Nicolas s'empetre dans des affaires immobilières douteuses, Bayrou déclenche la panique en faisant une percée inattendue, à la surprise de ceux qui l'avaient méprisé. Pendant que Denys Robert, journaliste de son état, subit les pires persécutions pour avoir très bien fait son boulot d'investigation dans la nébuleuse affaire Clearstream. Sommes nous vraiment encore en démocratie? Sur le papier oui, mais le papier de tapisserie se décolle du mur...

En tous cas, nos hommes politiques n'ont strictement rien compris au 21 avril 2002. Pire, la situation générale est catastrophique, avec une percée attendue de l'extrémisme, un mépris toujours affiché du vote blanc, une non représentation imbécile de certains partis pourtant puissants, quoi qu'on en pense... Attention, la Cinquième République est à bout de souffle, et ce depuis la cohabitation de 1997, qui a prouvé la limite du concept...

De cette situation périlleuse, n'émergent que promesses de gens qui n'axent leurs programmes qu'en écoutant la vox populi... Il faut aussi inventer, trouver des idées, voire choquer l'opinion pour avancer en politique. Churchill disait: "Gouverner, c'est prévoir".

Si tous nos braves candidats n'ont pas prévu qu'on filait dans le mur avec leurs programmes démagagogiques et populistes, c'est à douter de leurs compétences en matière politique. Ce n'est pas avec des programmes de saupoudrages corporatistes qu'on gère un état, mais avec une VISION!

Pour réussir et franchir le cap, il faut impérativement repartir sur des bases institutionnelles saines et rafraichies... Ce qui s'impose? Une Sixième République, et peut etre que là, on évitera le pire...

lundi 26 février 2007

Viva Scorsese!




Ça y est, il les a eu enfin ses 4 oscars, Martin!

Et ça n'est pas trop tôt. Scorsese est certainement le metteur en scène le plus prolifique, et le plus rigoureux dans sa filmographie. On se la joue Collector: Mean Steets, Taxi Driver, New York, New York, The Last Walz, Raging Bull, King of Comedy, After Hours, La Couleur de l'Argent, La Dernière Tentation du Christ, Les Nerfs à Vifs, Le Temps de l'Innocence, Casino, A Tombeau Ouvert, Gangs of New York, Aviator, The Departed...

(Je n'ai délibérément pas cité Kundun que je trouve cul-cul la praline!).

Qui d'autre aujourd'hui peut se targuer d'une telle filmo: simple, personne!

Aujourd'hui, Scorsese est le plus grand, et surtout n'a rien perdu de sa fougue: quelle nervosité dans le montage, ces prises de vues ahurissantes, la frénésie des cuts, ces plans insensés, cette originalité dans le style, cette jeunesse d'écriture (à 60 ans bien tassés)... C'est bien simple, n'importe quel autre film ressemble à un épisode de Derrick, tellement Martin nous met la pression dans ses réalisations.

A peine, a-t-il tourné un film, qu'il se replonge dans le suivant: le prochain est consacré à Théodor Roosevelt, avec une nouvelle fois Di Caprio, qui a largement succédé à De Niro, et qui a redonné souffle et flamboyance à Scorsese.

Ça fait plaisir, même si j'éructais de colère quand je voyais toujours ces oscars échapper à un type aussi brillant (artistiquement et humainement).

Martin avait dit une très belle phrase, qui à mon sens ne s'applique pas qu'au cinéma:

"Il n'y a pas des film modernes ou de films anciens, il n'y a que bons et mauvais films".

Jean Luc Delarue: Ca se Dispute!


Sacré lui!

Le célèbre animateur à l'oreillette visible, vient encore de faire des siennes. Dans un état d'éthylisme avancé, le champion toute catégories de la psy à 2 balles pour animaux de foire, vient de passer 9 heures en garde à vue. Objet de la mise sous séquestre: violences verbales, coups et blessures volontaires, et aggressions sexuelles sur le personnel naviguant d'un avion de ligne. On peut supposer qu'il a agressé sexuellement le personnel féminin de l' appareil qui le ramenait d'Afrique, ou visiblement Jean Luc a pété une case!

Il a expliqué ses faits et gestes par une absorption massive d'alcool et de médicaments (il a peur de l'avion), et ne se rappellerait pas de tout (les passagers et le personnel, eux se rappellent malheureusement des bétises de Jean Luc).

Il n'en est malheureusement pas à son premier sketch! Déjà condamné très lourdement par un tribunal, suite aux nombreuses plaintes des salariés qui officiaient pour le Maitre de la compassion affichée (Ah, ce regard franc et attentionné, devant les jérémiades de cas desespérés, quelquefois dignes du cirque Barnum!), il vient encore de faire très fort, et là c'est une cour pénale qui l'attend au tournant.

Les premières plaintes qui l'avaient envoyé au tourniquet judiciaire, relevait du code du travail, dont visiblement Delarue se foutait complètement: des CDD à répétitions, des conditions de travail dignes d'un négrier (locaux sans ouverture, et jamais aérés), des heures sup non payées... Sans compter le caractère particulièrement irrascible de celui qui a osé faire un sujet, justement sur le harcèlement dans l'entreprise! On ne pouvait pas légitimement douter de sa connaissance profonde du sujet.

Et tout le monde le trouvait sympa et proche des gens: mais comment peut on faire confiance à un mec qui se la joue tellement démago, les trémolos dans la voix et la larme à l'oeil bien cadrée, devant des discours de victimes mises en pature à l'ogre médiatique!

Sans compter les reportages bidonnés ( Ah, ces champs, contre/champs, qui attestent de la mise en scène du "reportage pris sur le vif"), que seuls les imbéciles peuvent prendre au sérieux, tant ils sentent l'arnaque télévisuelle...

Bref, comme d'habitude, les gens vont vite oublier cette nouvelle "petite affaire", et attendront avec impatience les nouvelles aventure lacrymogènes de l'exhibition Delarue. On va de nouveau nous mettre en scène des femelles refaites des pieds à la tete, des types qui ont des manies qui frisent la démence sénile, des vieilles rombières qui s'occupent plus de leurs chiens que de leurs maris(ou vice-versa), des ados pré pubères en rebellion constante contre leurs parents dépassés par les événements, ou encore des gens qui se trompent mutuellement , habilement dissimulés sous des lunettes ou des choucroutes stylisées sixties.

Rien que du vrai en somme.... mais franchement, qu'est ce qu'on en a à foutre, de voir notre société mise en spectacle par un type incapable d'appliquer à lui meme, les théories ou "l'écoute" qu'il prone à des simples d'esprits...

samedi 24 février 2007

Carnets de Campagne (suite)


Un nouveau soutien pour Nicolas Sarkozy, Vincent Mac Doom, l'emplummé de la "Ferme Célébrités", et occasionnellement escroc caritatif.

Donc récapitulons les soutiens de l'actuel ministre de l'intérieur, dans le désordre: Johnny Hallyday, Steevy Boulay, Doc Gynéco, Jean Reno, Michel Sardou, Pascal Sevran, Christine Bravo, Roger Hanin, Faudel, Marc Olivier Fogiel, Didier Barbelivien...

Arretons le massacre!

Là, on ne peut plus parler de fuite des cerveaux, mais plutot d'hémorragie de neurones!

vendredi 23 février 2007

Carnets de Campagne : De Villiers


Tout comme moi vous devez avoir vu les affiches de campagne de Philippe de Villiers, placardés un peu parout dans nos villes de grande solitude

On se remémore les slogans du néo pétainiste de Vendée:

"Vous préférez l'artisanat, à l'assistanat? Moi aussi!"
"Vous etes contre le mariage homo ? Moi aussi!"
"Vous détestez les technocrates de bruxelles... etc, etc... évidemment, lui aussi!

On le voit les termes de la campagne du névrosé du Puy du Fou, tapent dans la sophistication et la diversité des thèmes abordés.

Imaginons la suite: "Vous préférez une forme olympique à un cancer généralisé? Moi aussi!" ou "Vous préférez vivre en banlieue, ou sur la Cote d'Azur? Moi aussi!"...

Bref, comme d'habitude, l'aristo vendéen rescapé des purges révolutionnaires (du moins, sa famille), continue à sévir, en tapant comme toujours, très en dessous de la ceinture.

Son programme, très proche de Le Pen: souverainisme anachronique, poujadisme de dernière zone, démagogie, xénophobie (alors que de Villiers était beucoup moins regardant quand des beurs de banlieues sont venus nettoyer les plages de Vendée, souillée par l'Erika), retour aux valeurs saines (travail, famille, patrie...ron... ron... Excusez moi, je m'endormais sur le clavier), bref un "programme" carrément débile et hors du temps (la France devrait quitter l'espace Schengen, afin de se protéger de l'immigration, et l'abandon de l'euro).

Un "programme" réaliste pour les demeurés ou les nostalgiques d'une France qui n'est plus la meme depuis 1940, et heureusement.

En bref, de Villiers veut faire le ménage comme tous les fachos et les démagos... qu'il commence déjà à le faire chez lui, ceci dit en passant!

NB: vous avez remarqué sur ses affiches? Il est écrit "avec Villiers", pas "de Villiers"... L'aristo déjanté veut faire plus populaire, alors il a enlevé sa particule...

La Phrase du Jour 4


"Tourner un film, c'est exactement comme écrire "Guerre et Paix" en conduisant une auto tamponneuse"...

Stanley Kubrick

La Phrase du Jour 3


"Sur le plan de l'amour, amour phyique j'entends, qu'est ce qui est le plus rentable, votre épouse ou une prostituée? Une femme, si vous l'épousez, vous devrez l'honorer, éléver ses enfants, l'entretenir, la soigner si elle tombe malade... Une prostituée, vous la paierez à l'acte.
Transposons celà sur la plan économique. Les esclaves, vous devez les achetez, les entretenir, les maintenir en bonne forme, et les soigner éventuellement. Remplacer vos esclaves par des ouvriers, que vous ne paierez que pour le travail réalisé, sans avoir besoin de les entretenir!

Marlon Brando, dans le film "Queimada" de Gillo Pontecorvo, réalisé en 1969.

Point de Vue et Images du Monde


Comment va le monde, il va rouge sang, et à mon avis encore pour longtemps...


En Irak, la boucherie continue: officiellement 3000 soldats américains tué. Une brève piqure de rappel: les militaires américains sont tous engagés volontaires, donc font carrière dans l'armée. Ceci pour dire, que lorsqu'on signe dans l'US Army, il y a tout de meme un risque de se trouver un jour sur un theatre d'opération meurtrier. Pendant que les 750 000 Irakiens tués (chiffre très précis réalisé par un observatoire américain), dont personne ne parle, n'étaient pas payés, eux, pour recevoir des bombes à fragmentation ou à l'uranium appauvri sur la gueule!

Poutine continue à bouffer du Tchétchène au petit déjeuner: on parle de 200 000 morts sur une population de 800 000 au départ. Si tu continues à ce rythme Vlad, tu vas pulvériser le record détenu par Pol Pot, en terme de pourcentage d'extermination d'une population. Et pourtant, tout le monde reçoit Poutine (Chirac lui a remis une médaille, il y a 3 semaines).

L'armée russe, parlons en! Les gamins sont enrolés arbitrairement par les policiers russes qui les cueillent dans des raffles. Générallement, ils sont bizutés par les sous officiers: l'année passée, l'une des jeunes "recrues", a été amputé des 2 jambes et des testicules! Après un tabassage "initiatique" viril, ses tortionnaires l'ont abandonné agonisant, avant qu'un de ses collègues compatissant, prévienne l'infirmerie. Sa mère a décidé de porter plainte contre l'état russe, donc Poutine. On va certainement la retrouver morte dans la rue, une balle dans la nuque, ou shooté au polonium!

D'ailleurs, la plupart des "engagés" qui reviennent de Tchétchénie, sombrent dans la démence. Là bas, on leur apprend toutes les techniques du viol collectif (tournante tchétchène), de la torture (les fameuses injections d'essence), les décapitations ou autres amputations plus ou moins viriles... et surtout l'alcoolisme.

Ce qui fait qu'un Russe revenu du Caucase, ne trouvera pas véritablement scandaleux de prendre son épouse de force, de la battre à outrance, ni de picoler comme un trou... Celà constitue un véritable problème dans la société russe, ou la condition de la femme retourne doucement à l'age de pierre.

Et savez vous ce que viens de faire le Ministre de la Santé local: devant l'impuissance de l'etat corrompu à recouvrer l'impot, les caisses sont vides! Les séjours hospitaliers ont donc été limités à 4 jours maximum. Que l'on ait un ongle incarné, ou un cancer généralisé, c'est la meme chose!
D'ailleurs, la Russie, est le seul pays considéré comme riche, ou l'espérance de vie a baissé (55 ans pour un homme, en France, 77 ans). On vit donc moins longtemps chez Poutine, que du temps de Brejnev.

D'ailleurs, l'on asiste à un phénomène ahurissant, le Staline Revival. Ca et là, des nostalgiques de l'ancien régime communiste, édifient des statues du moustachu sanguinaire, explicitant leur adoration pour le moins saugrenue: "du temps de Staline, d'accord on avait peur, mais on bouffait 3 fois par jour, on était logé et chauffé gratuitement et le système de santé fonctionnait bien. Aujourd'hui, on a toujours peur, on ne bouffe plus à notre faim, on ne peut plus se soigner et on crève de froid..".

Il est vrai que Poutine emploie des méthodes aussi expéditive que son sinistre précurseur caucasien: l'envoi systématique de ses opposants dans les goulags. Comme ça, c est simple, il se présente seul aux élections en toute démocratie.

Mais Poutine a du gaz, beaucoup de gaz! Il en vend à tout le monde. Lorqu'il quittera son poste de Président, il devrait prendre les commandes de Gasprom, colossal consortium et premier exportateur mondial de gaz; ce qui lui permettra de gouverner en toute discrétion et peser de toutes ses forces sur son successeur.

Ne me parlez pas de parano: observez bien le visage de Poutine! Tout est inscrit dessus... Et n'oubliez pas que sa formation initiale était l'une des meilleures du monde: officier du KGB.

Une Statistique Incontournable.


A propos de Lourdes, et de son célèbre pélerinage (Tour Operator: Bernadette Soubirou).

Chiffres officiels depuis la création du happening lithurgique local:

-Guérisons miraculeuses reconnues par les autorités religieuses: 42.
-Guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 7.
-Nombre de pélerins décédés de manière accidentelle en se rendant sur le lieu "Saint" : 4 237 !


Les voies du Seigneur sont décidément impénétrables!

(Statistique réelle et vérifiable réalisée en 1972).

jeudi 22 février 2007

DOUSTE BLAZY LE REDOUTABLE




Je vais vous révéler un secret: je DÉTESTE cet homme.

Ministre étranger aux Affaires, DB a une particularité absolument peu courante dans son domaine: une inefficacité redoutable!

Le problème, c 'est que ce type vendrait sa mère (et la livrerai), pour obtenir un portefeuille ministériel quel qu'il soit. Ces propos, dans tous les domaines, relèvent d'une incompétence manifeste et surréaliste.

Ministre des Affaires Sociales, ce crétin (des Pyrénnées) nous a fait avaler la pilule d'une soit disant réforme drastique de la Sécurité Sociale: il n'a fait que relever le taux des cotisations, emmerder les médecins et les usagers, en culpabilisant les uns et les autres. La sécu est toujours dans le rouge, malgré le "courage" politique et l'interventionnisme actif du benêt de Lourdes.

Chirac le nomme ministre des Affaires Étrangères, et là c'est désopilant! Un type qui ne parle pas anglais et qui se pointe à l' ONU, pour défendre le beefteck devant l'hégémonie yankee, c'est décidément ahurissant. Ses propos concernant les affaires mondiales sont consternants de banalité, et de vacuité. Lorsqu'il intervient dans la poudrière du Proche Orient, j'imagine volontiers la tête des types du Hamas ou du Hezbollah, face à la personnalité sidérante de l'individu. Qui plus est, DB n est en rien expert en géopolitique, et se prend les pieds dans le tapis, en mélangeant le nom des dirigeants, ou les endroits ou il fout les pieds. Cet ahuri est vraiment Collector!

Qui est plus, sa légende de traître politique n'est en rien usurpée: il a trahi successivement Baudis, Bayrou, puis ... Chirac. Il avait d'ailleurs boudé ce dernier, qui ne lui avait pas proposé la place de Premier Ministre en 2002! On ne change pas une équipe qui perd.

Laissons la touche finale à Jean François Khann, parlant de DB: "Le pire service qu'on puisse rendre à un homme politique, c'est d'avoir Douste Blazy dans son camp".

Sacré Mickey d' Orsay ! (Patronyme dont l'ont affublé des diplomates dont je tairai le nom).

La Phrase du Jour 2


"Quand j'écoute Richard Wagner, j'ai une furieuse envie d'envahir la Pologne."

Woody Allen

La Fabuleuse Saga de Carlos Goshn


Je ne sais pas quel effet vous inspire Carlos Goshn.

En ce qui me concerne, son faciès et son phrasé, me terrifient. Il ressemble à l'idée que je me faisait des mutants quand j'étais môme (je viens d'une autre planète, mes intentions sont pacifiques...).
Industriel surdoué, il a repris la direction de Renault, après avoir réussi le mariage à l'époque, surréaliste de Nissan (alors en faillite) et du constructeur français.

Dire que les mentalités et les usages vont changer chez Renault, s'apparente à un doux euphémisme. Goshn est devenu héros national au Japon, et savez vous pourquoi? Il a été le premier industriel automobile à licencier en masse au Japon, pour sauver Nissan! On le surnommait dès lors le Samouraï.

Au début, accueilli avec suspicion par les autochtones du Soleil Levant, il a acquis ses lettres de noblesse en adoptant avec enthousiasme les us et coutumes de la population nipponne: peu ou prou de congés, des horaires abrutissants, une qualité de vie comparable à celle d'une fourmi dans la fleur de l'age, etc, etc...

Goshn est devenu même héros de mangas (ils sont vraiment dingues, ces Japs! Vous imaginez Marcel Dassault, héros d'une saga dessinée?).

L'arrivée de Carlos a suscité une inquiétude réelle chez Renault... et il faut bien reconnaître, qu'on était très loin de s'imaginer du résultat presqu'immédiat qui en a découlé: 3 suicides à Guyancourt depuis Octobre 2006, ou précisons le, il n'y a plus de chaînes de montage, mais uniquement des bureaux d'étude.

En fait, les cadres de l'unité sont chargé d'élaborer et de mettre au point 26 modèles dans les 3 ans à venir, du strictement jamais vu dans l'industrie automobile! Résultat des courses, 3 cadres retrouvés morts (suicidés), sur leur lieu de travail. Certains appellent ça des dommages collatéraux! A ce train là, on peut estimer à 36 l'hypothèse plausible de mort non naturelle d'ici l'échéance, sans compter les dépressions nerveuses, les surmenages divers, ou les infarctus prévisibles dans ce type d'atmosphère, ou le travail est roi.

Après s'être immergé dans la culture nipponne, Carlos importe ce modèle chez nous, ou effectivement le taux de suicide au boulot, est le plus élevé au monde. On n'a pas fini de rigoler!

Merci pour tout Carlos ! Les veuves et les enfants des cadres survoltés te seront éternellement reconnaissants, car fiers du travail accompli et du sacrifice nécessaire à la réussite de tes projets démagogiques...

Bayrou, l'Idéaliste


A l'opposé de José Bové (voir article le concernant), j'ai une grande sympathie pour François Bayrou.
Le type est honnete, intègre, mais surtout courageux. Rappelez vous son happening en 2002, lors du congrès du RPR, qui tentait son OPA sur la droite traditionnelle, en tentant d'avaler justement l'UDF de Bayrou. Il n'a pas eu peur de se pointer, seul, devant tout le staff de la chiraquie, hué, humilié, conspué, mais ne démordant pas et continuant tranquillement son discours d'opposition de principe.
François Bayrou ne cesse de progresser dans l'opinion, en celà épaulé par un autre homme libre, Jean François Khan, lui aussi un type vraiment bien.

Pourtant, comme le disait Laurent Joffrin (ex éditorialiste du Nouvel Obs, et nouveau directeur de Libé), quel est le programme de Bayrou? Reconnaissons le, il y a beaucoup de prises de positions, d'oppositions, mais peu de propositions concrètes.

Et surtout, François Bayrou tente à son tour une OPA que je qualifierais volontiers d'absolumment suicidaire: un gouvernement d' "Union Nationale", fédérant les talents de la Droite, du Centre et de la Gauche. Bayrou (je le cite) se verrait bien gouverner avec Straus-Khann...

L'idée est très belle sur le papier, mais irréaliste... La France n'est pas l'Allemagne, ou le principe est largement admis et visiblement, fonctionne. Nous sommes des latins et quoique l'on dise, le clivage droite/gauche est toujours d'actualité. N'oublions pas que la révolution de 1789 est à l'origine de cette fraction, et que l'inconscient collectif d'un état ne peut se libérer d'un facilement d'un tel traumatisme.

Et l'histoire est bien là pour nous rappeler à l'ordre. En 1944, De Gaulle et les communistes ont bien tenté cette forme de gouvernance.... Ca n'a duré que deux ans, c'était la fin de la guerre, et la France était à genoux. Donc, le contexte m'apparaissait largement plus dramatique qu'aujourd'hui, on n'avait pas trop le temps de pinailler... et pourtant le projet a avorté, du fait de l'eternel clivage post révolutionnaire.

Plus récemment, lors de la deuxième élection de Mitterrand en 1988, ce dernier avait lui aussi tenté une ouverture au centre et à la société civile, avec les résultats que l'on sait. Cette tentative a envoyé les socialistes dans les paquerettes, et durci le discours du RPR (les propos de Chirac sur "le bruit et les odeurs")...

Cette tactique ne peut contenter personne, tout le monde s'y perd, et pire, favorise la montée des extrémismes qui profitent de la frustration de l'électorat pour radicaliser de nouvelles adhésions (c'est à ce moment que Le Pen décolle vraiment).

Donc méfiance, l'enfer est pavé de bonnes intentions. Désolé, mais il ne me semble pas vraiment opportun de proposer ce type de romance politique... elle pourrait accoucher de quelque chose de monstrueusement inquiétant.

mercredi 21 février 2007

Lettres d'Iwo Jima


Le dernier Eastwood vient de sortir, il s'intitule "Lettres d' Iwo Jima, pendant de son dernier film "Mémoires de nos Pères".

Le premier film relatait la prise de l'île maudite par les Américains en 1945, et la suite le point de vue japonnais, ce qui en soit constitue une excellente idée. La critique est dithyrambique à l'égard d'Eastwood (un peu trop?), depuis un certain nombre d'années.

Qui n'a pas vécu les années 70 ne peut comprendre. A cette époque, l'acteur et le réalisateur étaient littéralement massacrés par la critique, notamment française... On lui reprochait d'avoir tourné avec Léone (devenu depuis "culte"), d'être un acteur très limité (ce qui n'est pas faux, mais Eastwood a le mérite de connaître ses limites dans le registre), mais surtout de véhiculer des idées fascisantes.

Dans sa première réalisation, "Un Frisson dans la Nuit"(1971), il joue le rôle d'un animateur de radio persécuté par une groupie. On l'accuse de sexisme! En 1972, c'est "L'Inspecteur Harry"à coté duquel tous les autres policiers du cinéma font figure de pacifistes. On l'accuse de faire l'apologie de toute justice trop expéditive. En 1973, c'est "L'Homme des Hautes Plaines", ou cette fois, il est soupçonné de propagande autoritariste: bref, Eastwood est un pur facho!

Les faits démontreront amplement le contraire. Dans la deuxième partie des années 70, la critique va s'apercevoir que l'acteur-réalisateur, prône exactement l'inverse que dont on l'accuse: ses films le montrent toujours victime de l'arbitraire, de la violence et de l'establishment. A l'époque, j'étais pubère et je m'en étais pourtant rendu compte. Dans "Les Proies", en 1969, ce "macho" était castré par des esprits bien pensants... les critiques avaient-elles oublié le film de Don Siegel? Dans "Impitoyable" en 1992 (son meilleur), il nous démontre à quoi mène humainement? une vie entièrement consacrée à la violence et l'arbitraire, à savoir le pire.

Eastwood est aujourd'hui le héros de tous, et c'était particulièrement le mien dans mon enfance. Dans "Le Bon, la Brute et le Truand", la grande époque ou l'on avait l'impression que Léone tournait ses films en dilettante, une phrase prononcé par notre homme Clint m'a marqué à vie: "La vie se divise en deux catégories, ceux qui tiennent un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses..." . Le laconisme de l'acteur magnifiait la portée de cette phrase apparemment simpliste, et pourtant bien plus profonde qu'un manifeste quel qu'il soit.

Voilà, c est tout ça que j'aime chez Eastwood, cette sorte de dilettantisme dans le jeu et la réalisation. Et c est pour cela qu'il est très grand, et il me parait aberrant qu'une critique pourtant bien aguerrie ait mis tout ce temps pour s'en apercevoir.

Eastwood ne cache en rien ses idées conservatrices, il est vrai... mais si tous les conservateurs avaient les idées de Clint, il est certain que j'adhérerais à leur cause.

The Initials EP


Une nuit, que j'étais à me morfondre, dans quelque pub anglais, du coeur de Londres,
Parcourant l'Amour Monstre, de Louis Pauwels,
Me vint, une vision, dans l'eau de Seltz... the Initials, the Initials, the Initials B.B ...

Non, Franckie! Interdit, le plagiat! Donc, on recommence...

Un soir, ou je n'avais strictement rien en perspective festive, je décidais d'aller boire un verre, dans un pub lyonnais à l'ambiance exotique,et au nom particulièrement évocateur dans mon imaginaire débridé, le Café Cuba.

C'est là que je fis connaissance, d'une charmante jeune femme, à l'élégance décontractée, et à la grace certaine. Elle faisait preuve, en sus d'une incroyable timidité, ce qui ne faisait que renforcer son charme déjà évident pour moi. Je décidais de fare fi de ma propre timidité, en lui démontrant, une apparente sureté de moi-meme complètement feinte, évidemment.

Après l' absorption massive d'une quantité illicite de moritos, l'ambiance se détendit, pour elle comme pour moi. Ce qui me donna tout le loisir d'apprécier le visage de l'invitée surprise: elle était de taille moyenne, très fine (c'est une sportive), élancée telle une gazelle du Ténéré... Mais le plus beau, restait son visage, souligné par une coupe très courte, à la Jean Seberg (vous en connaissez beaucoup vous, des nanas qui peuvent porter ce type de look?).

Elle avait un nez très fin, de grands yeux noisettes en amande, et des sourcils sombres parfaitement déssinés qui mettaient particulièrement en valeur son regard d'une franchise absolue... et carrément craquant. Nous discutammes longtemps, descendant une quantité astronomique de cigarettes (ce qui m'étonna de sa part)... et l'alcool et les fumigènes aidant, nous poursuivammes nos discussion, jusqu' à tard dans la nuit... L'ambiance et la température commençait à monter d'une manière vertigineuse...

Le suite? Ca ne vous regarde pas! Une seule chose, ce fut une magnifique soirée.

The Initials, the Initials, the Initials... EP

José Bové, Retour à la case prison


José Bové va retourner en taule! Ce qui me dérange, n'est pas le fait en lui meme, mais plutot que ca va lui faire encore de la pub!

Pour etre très clair, je n'aime ni le personnage, ni les idées de l'individu. Se targuer de franchouillardise libertaire, associée à une croisade contre la malbouffe, ce retour aux valeurs saines de la ruralité, m'inspirent la plus grande suspicion... pour etre précis, tout ceci est déjà confus, mais pire, me rappelle une idéologie qui a fait des ravages dans les années 40, le pétainisme. L'idéologie pétainiste se méfiait tout naturellement du progrès social, scientifique, philosophique, et pronait un retour drastique aux valeurs essentielles de la paysannerie.

Hors que nous prone le bouffon de Millau: une méfiance excessive à l'égard du progrès scientifique (pourquoi dévaster des champs ou l'on expérimente des OGM dans le cadre de recherches médicales), la lutte contre la "malbouffe" (Mc Do), en éludant que la bonne bouffe française, est la première cause de mortalité dans notre beau pays (maladies cardio-vasculaires, comme aux USA), et une politique générale complètement nébuleuse... Ce type aussi, est candidat en 2007!

Bové se compare à un prisonnier politique! Allez, comment peut on etre crédible en argumentant de cette manière! Le délit est avéré et dans une dictature chilienne, José aurait "disparu", et depuis longtemps! Et puis, quand on a le soutien de Dieudonné, qui approchait Jean Marie le Pen depuis peu, ma suspicion ne peut que se renforcer...

Par pitié, laissez le en liberté, les journalistes sont capables d'aller l'interviewer en prison (imaginez Arlette Chabot et José dans la meme piaule!), et lui nous la jouer François Villon...

Je ne suis pas le seul à penser celà de l'individu; Claude Alègre, ex-ministre socialiste, mais surtout chercheur mondial de renom, semble partager cette opinion: heureusement que le Boveisme est marginal (meme le syndicat qu'il avait créé, la Condération Paysanne, ne le soutient pas à la présidentielle!), car il porte en lui des germes véritablement nauséabond et obscurantistes...

mardi 20 février 2007

BIENTOT LES CESARS!


Fan de cinéma depuis mon plus jeune age (ah, le ciné-club du dimanche soir, présenté par Claude Jean Philippe!), je ne supporte pas pour autant notre "Cérémonie des Césars", née en 1976.
L'idée semblait excellente, le concept aussi; mais quel resultat!
Dans le meilleur des cas, des happenings imprévus viennent corser la manifestation, mais ces "événements", sont toujours accidentels. A chaque fois, l'on remet un "César" d'honneur, a un acteur ou réalisateur oublié depuis des lustres, et qui sent déjà le sapin. Le présentateur, chargé d'assurer le coté "festif et déconneur", rame comme un galérien pour tenter d'esquisser le moindre sourire, à des saltimbanques qui tirent des gueules de notaires dans une réunion inter professionnelle... L'ineffable Jack Lang, proclamé ministre de la culture à vie, affiche son sourire ravageur de circonstance, et son lifting gavé deUV, à profusion... bref, c'est la "fete" du cinéma, comme je le déteste.
On aura droit, comme tous les ans, à l'intervention d'une délégation des intermittents du spectacle, qui n'obtiendront rien, aux sempiternerls ronds de jambes, dédiés à des artistes qui obtiendront leurs prix pour un role à contre emploi (la jurisprudence Coluche)... mais peu ou prou d'extraits de films, et nécrologie de l'année de circonstance... Et puis, l'on rendra hommage à un réalisateur ou acteur, européen, coréen ou américain, c est selon, toujours avec cet enthousiasme communicatif de cérémonie mortuaire.

"Quand on aime la vie, on aime le cinéma", qu'ils disaient...

UNE PAGE PEOPLE


D'aucuns préténdent que les opposés s'attirent. Je suis d'accord, mais à mon avis pas lontemps, croyez-en mon expérience (soupirs!)... D'autres prétendent que ceux qui se ressemblent, s'assemblent! Je serai tenté de supposer que c'est le cas, avec un magnifique exemple à mettre en exergue.

Christine Angot et Doc Gynéco ont entamé une relation affective (ils l'ont peut etre déjà terminé pendant que j'écris ces quelques lignes). Et alors, me direz-vous, quel rapport?

A mon sens, l'un et l'autre (dans leurs domaines respectifs) symbolisent mutuellement, le néant, le vide sidéral, la non vie, l'absence. 4 pages d'un bouquin d'Angot, me procurent plus d'effets que 10 tablettes de Lexomyl arrosées de 8 whiskies... Lorsque le Doc s'exprime, le débit ahurissant de ses paroles m'expédie illico dans les bras de Morphée... Et que dire de ses prises de positions politiques, aussi lisibles que celles de Roger Hanin! Ces deux là devait FATALEMENT se rencontrer.

Alors qu'est ce qui les a poussé dans les bras de l'un à l'autre: incontestablement l'attirance mutuelle vers le vide!

Ou peut etre suis je mauvaise langue! Que le Doc soit un ane baté, c'est incontestable, mais peut etre est-il monté comme l'herbivore à longues oreilles précité dans la première partie ce cette phrase (comme le "héros" banquier cité dans le denier ouvrage de l'écrivain).

Vu les derniers écrits de Christine Angot, ceci explique certainement celà. Et puis, si l'on peut légitimement douter des adages anciens, moins par moins, ça fait plus (règle mathématique, elle, incontestable). Donc, vous allez voir, s'ils procréent ensemble, ils nous feront un petit surdoué survolté...

lundi 19 février 2007

Allez les Verts!


A un moment ou les déréglements climatiques menacent l'intégralité de la planète, avec les conséquences prévisibles qui en découleront (famine, épidémies voire pandémies, déplacements massifs de population, donc guerres...), les "Verts"(parti écologiste français), se sont fait griller la priorité par Nicolas Hulot! Il est vrai que lorsqu'un parti dit "écologiste", s'occupe de tout sauf d'écologie (pas vrai Mammère), on y laisse des plumes (ah oui, j'avais oublié la grippe aviaire).

Les écolos allemands ont réussi ce que vous etes incapables de faire: gouverner à force de crédibilité. En 1989, aux élections européennes, le parti représenté par le soi disant "falot" Antoine Waechter, avait réalisé un score de 15%... En 1999, grace au concours de Cohn Bendit (d'ailleurs parlementaire européen d'outre Rhin) 11%. Très peu de gens parlaient pourtant avec autant de virulence du déréglement climatique qu'aujourd'hui.

Aux prochaines élections présidentielles, les Verts vont etre laminés. Incapables déjà de récolter les signatures nécessaires à l'investiture, ils devront en outre tenter de convaincre. Madame Voynet, vous avez du boulot! Le score prévisible atteint le fond du gouffre, alors que l'enjeu est majeur.

Oskar Fisher, ministre allemand des affaires étrangères (et écolo), a géré le conflit israelo-arabe et la crise iraquienne avec maestria. Pendant que le maire de Bègles inaugurait le mariage de deux homos (qui avient pillé une petite vieille pour financer leur "pitrerie").

Il est vrai que les idées doivent grandir et entrer en phase adulte, mais ça fait plus de 30 ans que vous etes incapables de fédérer vos troupes et, par voie de conséquence, un électorat potentiel.

Pour l'instant, les idées des "Verts" français, et leurs leaders, en sont encore visiblement, au stade de la puberté.

Les affres de la bétise médiatique 2


Vous connaissez tous Pascal Sevran, "défenseur zélé" de la "Chanson Française"...

D'ailleurs commençons par ce sujet: comment et pourquoi défendre une soit disant "exception culturelle"? Qu'est ce que celà veut dire? En terme miltaire, ne dit-on pas que la meilleure défense, c'est l'attaque?
Soyons sérieux! Le terme "exception culturelle française"me parait non seulement prétentieux, mais surtout stupide, et stérile in fine. Le propre de l'Art, c'est de faire exploser les barrières, notamment nationales. L'Art est universel... Quels sont les points communs entre Mozart, Beethoven, Verdi, Picasso, Kafka, Ferré, Brassens, Brel, Lennon, ou Gabriel... Leur génie propre!
Scorsese, Coppola, Kubrick, Lang, Chaplin, tous immigrés et tous géants... donc l'exception est proprement inverse à la règle.

Pour en revenir à Sevran, cet insupportable caractériel nous présente des artistes de dernière zone, explicitant que ce sont des artistes "populaires". Bon et alors, ils sont populaires et plus personne n'en veut (à part lui)... De moins point de vue, j'assimile souvent bon sens populaire à connerie millénaire! C'est bien là ou je veux en venir, Sevran argumente toujours ses affirmations par des propos "populistes", qui caressent le poil du lieu commun et des clichés les plus éculés.

La preuve, son dernier torchon, paru en 2006: il nous explique à foison, qu'il faut cesser toute hypocrisie à propos du tourisme sexuel, notamment en direction du sud-est asiatique. celà ferait partie des us et coutumes d'une majorité d'occidentaux!!!

Peut etre parle-t-il de lui meme? Déjà, afirmer que des moeurs de ce type relèvent du quotidien(ou plutot de la normalité), me parait parfaitement scandaleux... mais légitimer ce qui constitue un délit en France s'apparente à de l'apologie de la pédophilie, cher Sevran!

Et ça n'est pas tout, cet insupportable égocentrique nous assène sa propre vision des moeurs sexuelles en Afrique. Il affirme dans ce meme bouquin, que l'Africain ferait mieux de "réfléchir avec son cerveau qu'avec sa bite" (je le cite). L'Africain est lui-meme responsable de la famine qu'il créé (en trop procréant!!!), et de la propagation du sida!

Il fallait oser le dire et surtout l'écrire: comparer la situation d'affamés, mal-nourris, victimes de despotes locaux, de népotisme ou autres réjouissances locales, à sa propre situation d'homme occidental, vivant dans une démocratie ou règne un semblant d'opulence et de relatif bien etre, relève de la pure imbécilité...

Cependant, il m'apparait douteux qu'il ait fallu attendre fin 2006 pour que la polémique n'éclate.

En ce qui me concerne, c'est à la lecture immédiate de ces écrits nauséabonds que mon poil s'est hérissé! C'est à dire début 2006... Alors, chers observateurs avisés des médias, pourquoi tant de retard à l'allumage...

Au fait, une dernière pour rigoler encore un peu! Autrefois, Sevran était lui aussi tontonmaniaque, puis chiracomanique! Il soutient dorénavant Sarkozy, mais aurait voté Bertrand (Delanoé), si ce dernier s'était présenté!

Le comble de l'élégance, n'est il pas la rigueur intellectuelle? Ca n'est plus tellement le cas dans le domaine du showbiz et de la politique....

Les affres de la bétise médiatique


Comme vous le savez tous, nous sommes entrés depuis 2002, en campagne électorale. A ce sujet, nous avons déjà pesque tout entendu; et c 'est loin d etre fini.
On éludera les prises de position diverse de certains intervenants (Hallyday, Gynéco, Steevy Boulay, Philippe Torreton, Cali, Jean Reno, Christian Clavier, Jeanne Moreau, André Gkucksmann...). Mais l'une d'elle mérite un traitement particulier, celle de Roger "Navarro" Hanin.
Hanin est un communiste de la première heure (après tout, chacun ses gouts). Mais là ou René est vraiment trop fort, c est son aptitude quasi surhumaine à expliciter l'incompréhensible. Néné était le beau frère de François Mitterrand, et par voie de conséquence "tontonmaniaque". Alors que le président Mitterrand a réussi à transformer le club des Staliniens (première puissance politique en 1945), en secte politique complètement marginale, Hanin vouait une admiration sans faille à l'assassin de sa propre famille.
En 1995, il soutient Jacques Chirac, car il n'aime pas Jospin, pourtant de la meme famille politique que Tonton.
En 2002, rebelote, il soutient encore Chirac, qui lui a rendu un service, parait-il, considérable. Il admire les qualités de coeur de l'homme.
Mais là, ou Roger met la cerise sur le gateau, c'est cette année, en 2007. En toute sérénité, l'homme nous explique qu'au premier tour, il va voter Marie Georges Buffet, car "elle fait partie sa famille politique", et au deuxième tour, Nicolas Sarkozy, "qui seul a les épaules pour sauver la France".
Il ne s'agit nullement de porter de jugement sur le choix d'un citoyen; mais les thèses de Buffet et Sarkozy m'apparaissent tout simplement antinomiques, et les explications de Hanin, me paraissent aussi nébuleuses qu'un traité de mécanique quantique. Si la betise d'un Steevy Boulay peut s'expliquer par une inculture et une immaturité évidente, comment justifier les approximations et l'énigme politique que constituent les prises de position de l'illustre commissaire de TF1...
Bétise, clientélisme ou ... Alzheimer?

dimanche 18 février 2007

PRESENTATION DU BLOG


Chers amis internautes

C'est l'engouement général du concept "blogging" qui m'a poussé à créer ce modeste et néanmoins génial, blog.

Ici, pas question de dévoiler quoi que ce soit de ma personnalité: ça ne vous intéresse pas, et moi non plus.

Ca et là, fatalement, vous pourrez entrevoir quelques facettes du personnage qui écrit ces modestes lignes, mais que nenni, nothing about my private life (sauf exceptions heureuses).

Le but du jeu: taper dans la fourmilière, griffer, mordre, encenser, aduler... Pas de langue de bois, ni parti pris... Vous y lirez beaucoup d'anecdotes à propos, de cinéma, de politique, de sexe, de drogue et de rock n roll... Méchanceté, certainement! Euphorie, heureusement! Mais rien de gratuit!

Bien que ma personnalité propre, badine et primesautière, inspire immédiatement une sympathie incontrôlable à la première vision (regardez la photo), attendez vous vous à des tirs de barrage imprévus, du dégommage ciblé sur des individus que les médias ou autres bien pensants ne flinguent jamais.

Ce blog n'est pas fait pour faire plaisir aux personnes consensuelles, lisses ou formatées: mais pour faire réagir,en bien, ou en mal... Inutile de préciser, donc que le but ultime de ce blog, n'est pas forcément de me faire des amis.

A bon entendeur, salut!