lundi 29 octobre 2007

FROZEN




N'y allons pas par quatre chemins, la Louise Ciccone "dite" Madonna, me les brise menu menu!

Pour un milliard de raisons. D'abord son dernier tube samplé sur un titre d'Abba pour complaire à une masse de pubères sous ecstasy quand on frise la cinquantaine, ça porte un nom, le complexe Peter Pan. A la différence de Michael Jackson les greffes des 300 opérations de chirurgie esthétique qu'elle a due subir ont obtenu un bien meilleur résultat, c'est tout. Par contre, elle a sûrement sous estimé les effets indésirables de la testostérone.

Et puis, devenir la "meilleure ambassadrice du judaïsme dans le monde", selon ses propres dires, ça me gave terriblement. Ses opinions religieuses ont s'en tape comme de l'an 40, et grâce à elle, des millions de jeunes écervelés arborent fièrement le bandeau cabaliste en tortillant de la croupe et du fessier, tout en en ignorant la signification réelle du signe ostensible véhiculé dans tous les concerts ou dance floors de la planète. Ça craint vraiment ! Imaginons demain qu'elle se convertisse à l'islam. On imagine déjà les réactions d'un George W. Bush ou autres islamophobes du monde entier.

Pourtant, en 1998 et à quarante ans bien tassé, la Ciccone nous avait pondu un album digne de ce nom, le très audacieux "Ray of Light", parfait sur un plan conceptuel, et très élaboré sur un plan artistique, technique et sonore. On avait enfin repris espoir, la cause ne semblait pas perdue! Le premier titre qui était issu du CD augurait du meilleur, "Frozen", et le résultat global confirmait la première impression. Un très grand disque, qui laissait imaginer une nouvelle orientation plus "adulte" sur le plan artistique.

Mais on ne change pas une équipe qui gagne des millions de dollars et la Madonne est redevenue la reine du strass, des paillettes, des shows boursouflés et labélisés made in USA, à l'efficacité et au professionnalisme incontestables, mais totalement dépourvus de substance et d'âme.


"That's entertainment" qu'ils disent là bas !



"FROZEN" par MADONNA en 1998.

Au fait, Louise Ciccone qui est d'origine italienne, a adopté son patronyme par souci "root". Or, le terme "Madonna" n'est en rien un mot issu du vocabulaire italien !

Aucun commentaire: