lundi 17 mars 2008

LONDON CALLING



Aout 1976.

Avec l'un de mes plus fidèles comparses, nous avions décidé de prendre la direction du channel afin de pérorer de douces comptines à deux Anglaises rencontrées sur le continent européen.

Et puis aussi, pour faire du shopping à London City, la Mecque du rock. Auparavant, nous étions montés en stop jusqu'à Edimbourg, puis dans la région des lacs avec en point de mire, le Loch Ness (évidemment !). Quelle saga ! Je n'oublierai jamais une fameuse soirée un brin arrosée où j'avais rencontré une douce Bordelaise (normal en Ecosse) dont je m'étais entiché grave. Blonde aux grands yeux bleus. Elle faisait de la danse classique, ce qui conférait à son sublime fessier une élégance des plus enthousiasmantes. Il me souvient qu'elle me manqua beaucoup lorsque nous quittâmes la capitale du royaume d'Ecosse.

Déconfit, j'arrivais à London. Et c'est la première fois que je constatais en live, le décalage culturel entre notre beau pays toujours en retard de 18 trains anglais, et la perfide Albion. En France, les jeunes jouaient encore aux hippies. En Angleterre, c'était has been depuis longtemps. Plus de chevelus, plus de flower power ... Des individus inquiétants aux cheveux oxygénés et à la coupe iroquoise traînaient dans tous les coins de la capitale. Les punks (c'était leur nom) s'inspirant du look de Robert De NIRO dans le final du "TAXI DRIVER" de Martin SCORSESE, écumaient les rues de la city, terrifiant encore plus le bourgeois londonien que les défunts babas cools. Et la musique était carrément destroy.

L'Angleterre était complètement à la ramasse, quasiment en faillite, paralysée par des grèves interminables. Il n'y avait vraiment plus de futur comme le revendiquaient si farouchement les hérauts nihilistes du mouvement. Ainsi naquirent les SEX PISTOLS par la grâce d'un Malcolm MC LAREN avisé. Ils traversèrent la galaxie rock à la vitesse d'une comète déboussolée, avec en lead killer ce fondu de Johnny ROTTEN, provocateur de l'extrême qui hurlait sa rage avec l'accent d'un anarchiste russe afin d'effrayer et surtout provoquer, un establishment toujours endormi par les échecs constants d'une politique économique récessive.

Le temps d'un album, de provocations systématiques et ahurissantes, et les SEX PISTOLS disparaissaient, refusant de d'engluer dans le confort du succès et de la notoriété. Puis, Sid VICIOUS mourrait un an plus tard, victime d'une overdose.

En 1979, Margaret THATCHER arrivait au pouvoir resserrant définitivement les boulons ...

En qui me concerne, j'avais assisté en direct et sans le faire exprès à la naissance d'un mouvement de fond qui dynamita les fondements d'un rock enlisé alors dans l'emphase et la prétention ...

HISTORIQUE !

Sex Pistols - Anarchy In the U.K.


"ANARCHY IN THE UK" des SEX PISTOLS en 1977.

1 commentaire:

Guylaine a dit…

Apparemment ils se sont reformés !
Les Sex Pistols seront au festival de Bobital en Bretagne http://www.festival-terre-neuvas.com/index.fr.php